Baisse étonnante du nombre de défaillances d’entreprises

0

Sur un an, le nombre de défaillances d’entreprises a diminué de 7,8 %, résultat positif qui n’avait pas été constaté depuis 20 ans.

Seul 12 925 défaillances d’entreprises ont été enregistrées au 2ème trimestre 2017. Cette baisse étonnante de 7,8% par rapport à l’année précédente n’était pas arrivée depuis 1997.

Thierry Millon à la tête des études d’Altares confie qu’un tel indicateur économique positif n’avait pas été constaté même en remontant jusqu’en 1997, « il n’y a plus eu d’indicateurs aussi importants sur autant de secteurs et sur des tailles d’entreprise aussi variées depuis longtemps, ce phénomène est très rare. »

Les PME sont concernées

Déjà l’année 2017 avait très bien commencé étant donné qu’elle n’avait pas connu un nombre de défaillances d’entreprises aussi faible depuis 2008, en enregistrant moins de 16 000 défaillances sur un trimestre. C’est exactement 15 667 entreprises qui ont connu une liquidation judiciaire ou une procédure de redressement ou de sauvegarde durant le premier trimestre 2017.

Ce résultat record de 12.925 défaillances d’entreprises est une très bonne nouvelle pour l’économie française et également pour les petites entreprises qui « profitent aussi de cette baisse côté défaillances. »

De manière globale, les défaillances diminuent proportionnellement à la taille des entreprises. Pour les entreprises de plus de 50 salariés, la baisse est de 34%. Pour les PME de 10 à 49 salariés la baisse est de 13% et de 10% pour les TPE de 3 à 10 salariés.

« Si, en 2016 et début 2017, la reprise semblait encore chaotique, voire illusoire pour les plus petites entreprises, le printemps peut sonner enfin pour elles aussi le retour des commandes plus régulières », relève Thierry Millon.

mm

Auteur du Magazine lecitoyen.fr depuis 2016, j'aime partager ma passion pour le monde politique en rédigeant sur le sujet de la politique française principalement. Je suis de très près l'actualité, et les sujets de société. J’ai commencé à rédiger après la sortie de mon master en science politique et je prend plaisir à échanger avec les autres.

Commentaires fermés