Des drones pour sauver des vies ?

151

Oui, vous avez bien entendu. L’idée vient alors de chercheurs belges qui étudient actuellement les divers moyens de sauver des vies de personnes victimes d’arrêt cardiaque. C’est là que les drones entrent en jeu : ils transporteraient alors des défibrillateurs.
Le temps est très précieux, et ce, pour tout le monde. Encore plus quand votre temps est compté, puisqu’il faut à peine quelques minutes pour une personne victime d’arrêt cardiaque pour mourir.

D’après plusieurs études, il faut en général entre 5 à 10 minutes pour que les secours arrivent sur place munis d’un défibrillateur. De 5 à 10 minutes, c’est particulièrement long surtout si vous êtes victime de crise cardiaque et que vous êtes entre la vie et la mort. C’est là qu’interviennent les chercheurs belges, qui travaillent alors sur différentes solutions, comme celle de l’utilisation de drone qui transporte alors des défibrillateurs.

Les défibrillateurs cardiaques en quantité

C’est ainsi que des chercheurs belges essaient de trouver des solutions pour intervenir plus rapidement sur les lieux.
La première solution constatée est d’augmenter le nombre de personne formé aux gestes et aux techniques de réanimation, ainsi que le nombre de défibrillateurs dans les lieux publics.
La mise en place d’applications mobiles offrirait alors la possibilité d’informer, et ce, 24h/24 et 7 jours sur 7, sur les défibrillateurs les plus proches et en état de marche. Cependant, d’après plusieurs essais aux Pays-bas, le délai d’intervention est encore trop long, environ 8 minutes.

Place aux drones

Les drones conçus spécialement pour transporter des défibrillateurs. Une idée, qui peut paraître folle pour certains et géniale pour d’autres, est en cours d’expérimentation.
Un pilote dédié, serait alors en charge de guider le drone sur les lieux, et ce, plus rapidement que toutes autres solutions. Un prototype de ce genre coûte environ 15.000 euros par an. Cependant, le coût n’est pas le principal problème. En effet, il reste à définir les procédures d’atterrissage qui doivent être tout près du patient, et ce, en moins de 5 min auquel s’ajoute la vitesse du drone qui se déplace qu’a 50 KM/H ainsi que le poids du défibrillateur qui reste encore trop lourd.
Cependant, les expériences menées en Suède sont encourageantes. En effet, le drone arrive presque deux minutes avant les secours à hauteur de 32% des cas.

mm

Auteur du Magazine lecitoyen.fr depuis 2016, j'aime partager ma passion pour le monde politique en rédigeant sur le sujet de la politique française principalement. Je suis de très près l'actualité, et les sujets de société. J’ai commencé à rédiger après la sortie de mon master en science politique et je prend plaisir à échanger avec les autres.

Commentaires fermés