EasyJet : le low-cost dénoncé par des pilotes français

0

Nicolas Frick, actuellement le vice-président du Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) vient d’annoncer ce matin que « EasyJet a atteint les limites du low-cost ».

Les pilotes de la SNPL tirent en effet la sonnette d’alarme, concernant la « chasse aux coûts », dans une lettre adressée à Stelios Haji-loannou, le fondateur d’EasyJet. En effet, selon les pilotes, la recherche incessante du low-cost réduit alors « l’employé à un coût et le passager à un profit ». De plus, les pilotes ainsi que les équipages sont tenus à des « programme de vols surréalistes » qui sont susceptibles de nuire, par la même, à la sécurité des passagers, dénonce cette lettre disponible sur le site de la SNPL.

Plus précisément ?

La compagnie de vol aérienne low-cost EasyJet, mettrait alors à disposition plus de vols que la compagnie ne peut en assurer, le tout, dans les meilleures conditions. Toujours selon la SNPL, une telle cadence entraîne certainement des retards et des annulations à répétitions. Pour appuyer leurs propos, la SNPL s’appuie alors sur les chiffres, qui eux, ne mentent pas. Plus de 540 vols ont été annulés au mois de juillet, contre seulement 350 pour la même période l’année dernière.

La SNPL affirme également aux voyageurs habitués de cette compagnie : « Vous avez huit fois plus de chance cet été de voir votre vol annulé le week-end que hors période estivale ». Ils ont également déclaré que c’est le client qui en pâtit le plus ; « C’est le client qui malheureusement se retrouve victime de cette spirale infernale avec des annulations de vols quotidiennes, des agents qui ne savent pas quoi leur répondre ni même leur trouver une chambre d’hôtel ».

Dans cette fameuse lettre, on peut y trouver une demande bien précise de la part des pilotes : « On demande maintenant aux commandants de bord d’utiliser leur pouvoir discrétionnaire pour dépasser les limites légales de temps de vols afin d’assurer ce programme de vol irréaliste, au mépris de la sécurité des passagers et des équipages ».

Les pilotes français, faisant partie de la SNPL et ayant participé à la rédaction de cette lettre, espèrent que cette dernière fera bouger les choses, ne serait-ce que pour l’image de la compagnie qui risque d’en pâtir fortement.
Quant à la compagnie en question, elle se dit surprise par ces déclarations avant d’assurer qu’elle ne néglige aucunement la sécurité des voyageurs et des équipages aux détriments de quelconques profits.

mm

Professeur d'économie en université, je rédige de temps en temps pour Lecitoyen.fr dans les domaines de l'économie et l'actualité française.

Commentaires fermés