L’affirmation du Premier ministre concernant la baisse des APL

0

« Il n’y aura aucun impact pour ceux qui sont dans le logement social » affirme Edouard Philipe.

Le Premier ministre vient de confirmer ce matin, mercredi 13 septembre, la baisse des montants des APL pour les foyers ayant droit au logement sociaux. La baisse, dont le montant reste encore inconnu, sera fixé lors du Conseil des ministres jeudi 14 septembre.

D’après une multitude de sources, ce montant tournerait de 50 à 60 euros et serait mensuel. Dans une optique de calmer les tensions, le Premier ministre, Edouard Philippe, affirme que cette baisse, serait alors accompagnée d’une baisse des loyers d’un montant similaire aux APL. Cependant, même si cette solution reste tentante, il n’a pas pour autant précisé comment il allait s’y prendre pour obliger les propriétaires à suivre cette mesure.

Il est même allé plus loin en affirmant que : « Pour les bénéficiaires des APL dans le logement social, il n’y aura aucun effet, aucun impact »
Enfin, il a également promis à ceux qui bénéficient des APL, mais qui ne disposent pas de logement social, qu’aucun changement n’aura lieu : « Il n’y aura aucune espèce d’impact puisqu’ils ne sont pas concernés par la baisse ».

L’appel de Macron aux propriétaires

L’appel du président de la République aux propriétaires, à propos de la baisse des loyers, pourrait alors bien devenir réalité. En effet, sa demande avait été prise comme une sorte de mauvaise blague, cependant, il semble bien que cela soit pour bientôt.

Concernant les propriétaires, ils restent encore perplexes quant à la baisse de leur budget d’environ 2 milliards d’euros dans le neuf distribué par l’Etat. Pour Frédéric Paul, le directeur général de l’Union sociale, une telle diminution revient alors à « une baisse de 20%, ce qui est inacceptable ».

Toujours selon Frédéric, cette décision aura plusieurs répercussions et ceux, dans plusieurs domaines d’activités : « Cela va accroître le taux d’effort des locataires des nouveaux logements et les bailleurs sociaux, qui réalisent 18 milliards d’euros d’investissements annuels pour produire 100.000 logements sociaux, en assurant 200.000 emplois directs dans le BTP, n’auront plus les moyens de construire ».

mm

Professeur d'économie en université, je rédige de temps en temps pour Lecitoyen.fr dans les domaines de l'économie et l'actualité française.

Commentaires fermés