Plus de 44% des français souhaitent une reforme du travail en profondeur

137

Le Premier ministre revoit en ce lundi matin, les réformes concernant le code du travail avec les organisations syndicales. Plus de 56 % des français sont en désaccord avec le placement des indemnités lors d’un licenciement abusif.

C’est en ce lundi matin, que le Premier ministre accompagné de la ministre du travail, revoient ensemble la reforme du code du travail avec les syndicats et les organisations patronales.
C’est plus de 44% des français qui souhaitent alors une réforme du travail en « profondeur ». Cependant, 50% de français souhaitent « l’aménager sur quelques aspects seulement ». Et seulement 6% des français ne souhaitent aucun changement.

Les deux ministres en question recevront respectueusement aujourd’hui, Philipe Martinez de la CGT, Francois Asselin (CPME), Philipe Louis (CFTC) ainsi que Laurent Berger (CFDT) et Alain Griset (U2P). La semaine dernière, Edouard Philipe et Muriel Pénicaud, avaient reçu le Medef, la CFE-CGC et la FO.
Lors de son déplacement dans l’Eure, le Premier ministre avait déclaré : « Je vais poursuivre ces discussions exactement avec le même esprit, avec à la fois beaucoup de détermination, car il faut avancer – c’est un engagement clair du président de la République et il sera tenu – mais aussi avec beaucoup de bonne volonté et beaucoup d’ouverture, parce qu’une bonne réforme c’est toujours une réforme bien pensée, bien discutée et ensuite bien exécutée ». Il avait également déclaré que les discussions avec les syndicats le réjouissait de par leur volonté à discuter avec lui.

Ils sont 56% à être contre le plafonnement des indemnités prud’homales

C’est 56% des français qui seraient alors en désaccord avec le plafonnement des indemnités lors d’un licenciement abusif.

Dans un souci de rapidité, la réforme du travail devrait se terminer pour octobre, dernier délai. Pierre Gattaz, le président du Medef, a annoncé qu’après cette réforme, ils allaient ensuite revoir les assurances chômages et les formations professionnelles pour l’automne. Concernant d’éventuelles réformes pour les retraites, cela ne se ferait pas avant 2018.

Cette réforme apporterait plus de souplesse aux accords de branches et changerait aussi les instances représentatives des salariés. Les indemnités prud’homales seraient elles aussi reformées.

mm

Gérante de ma société, je suis passionné d'actualité en général et participe à la rédaction d'articles pour Lecitoyen.fr dans les rubriques Monde, Ecologie, Eco-Social.

Commentaires fermés