Les Suisses arrêtent le nucléaire

146

Hier, dimanche 21 mai, les Suisses ont pris la décision d’arrêter de façon progressive l’utilisation du nucléaire. En effet, cela a été accepté par référendum à plus 58%. Cette nouvelle loi sur l’énergie interdit alors l’utilisation de centrales nucléaires pour se tourner de plus en plus vers les énergies renouvelables.

Avec un taux de participation supérieur à 40% cela reste dans la moyenne des deux années précédentes. Dans ce pays, les électeurs ont le droit de voter sur divers projets, au total, les Suisses sont appelés à voter plus de 4 fois dans l’année.
L’élément déclencheur de ce référendum, est l’accident nucléaire de Fukushima au Japon qui avait été alors provoqué par un tsunami en 2011. Quelques mois après cette catastrophe naturelle, les Suisses avaient pris la décision de sortir définitivement du nucléaire. Cependant, il aura fallu attendre pas moins de 6 ans pour que cette loi soit adoptée.
Adèle Thorens Goumaz, la députée des verts, a déclaré lors d’une émission tv publique qu’il s’agit là « d’un jour historique, pour tous citoyens ». Elle a aussi ajouté « La Suisse va entrer dans le 21e siècle énergétique, ce sera un signal fort ».
Le seul opposant à la sortie du nucléaire dans ce pays est le parti populiste de l’Union démocrate du centre.
Malgré une loi adoptée, aucune date n’a été précisée de façon claire.

Procéder étape par étape

La première étape pour la Suisse est avant tout de réduire la consommation d’énergie. Pour cela, la suisse fixe des valeurs indicatives par personnes et par années sur la consommation énergétique moyenne.

  • une réduction de 16% pour 2020
  • et une réduction de 43% pour 2035

Des chiffres, qui ne seront pas durs à atteindre puisque d’après l’Office Fédéral de l’énergie, les consommations ont déjà diminué de 14% depuis les années 2000. L’utilisation d’énergie renouvelable est alors préconisée, et plus aucune centrale nucléaire ne sera construite dans ce pays. Concernant les centrales existences, elles continueront de fonctionner tant qu’elles sont en mesure de répondre à des critères de sécurité bien précise.
Enfin, le gouvernement suisse, estime que le fait de soutenir le développement durable aura des bénéfices positifs sur l’économie et l’emploi suisse.

mm

Professeur d'économie en université, je rédige de temps en temps pour Lecitoyen.fr dans les domaines de l'économie et l'actualité française.

Commentaires fermés