Comment aborder sereinement son mal-être à son supérieur ?

Afficher Masquer le sommaire

Dans le monde professionnel, il est fréquent de rencontrer des situations qui génèrent du mal-être, de l’insatisfaction ou de la frustration.

Que ce soit en raison d’un manque de reconnaissance, d’une charge de travail trop importante, de relations conflictuelles avec les collègues ou d’une perte de motivation, il est crucial de savoir exprimer ses ressentis et de trouver des solutions pour améliorer son bien-être au travail.

Or, aborder ce type de sujet avec son supérieur hiérarchique peut s’avérer délicat et anxiogène.

Comment dire à son boss que l’on est malheureux au travail sans craindre de se mettre en difficulté ?

Cet article vous propose une analyse approfondie des différentes étapes pour aborder cette conversation de manière sereine et constructive.

1. Faire le point sur sa situation et identifier les causes de son mal-être

Avant d’envisager la discussion avec votre supérieur, il est essentiel de prendre le temps de réfléchir à votre situation et de comprendre les raisons de votre malaise professionnel.

Évaluer son niveau de satisfaction : Interrogez-vous sur les aspects de votre travail qui vous procurent de la satisfaction et ceux qui vous pèsent. Cela peut concerner le contenu de vos missions, les relations avec vos collègues, la rémunération, l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle, etc.

Identifier les causes de son mal-être : Essayez de déterminer précisément les éléments qui sont source de frustration ou de mal-être. Est-ce dû à un manque de reconnaissance, à une charge de travail trop importante, à des relations conflictuelles avec certaines personnes ou à une perte de motivation ?

Envisager des pistes de solution : Une fois les problèmes identifiés, réfléchissez aux moyens de les résoudre ou de les atténuer. Peut-être pourriez-vous envisager de demander une formation, une promotion, un aménagement de vos horaires ou une meilleure répartition des tâches ?

2. Choisir le bon moment et le bon lieu pour aborder la conversation

Aborder cette discussion sensible nécessite de choisir avec soin le moment et le lieu les plus appropriés pour optimiser les chances d’obtenir une écoute attentive et bienveillante de la part de votre supérieur.

  1. Trouver le bon moment : Privilégiez un moment où votre supérieur semble disponible et détendu. Évitez de l’aborder lorsqu’il est surchargé de travail, stressé ou en plein milieu d’une réunion. Vous pouvez lui proposer de fixer un rendez-vous pour discuter tranquillement de vos préoccupations.
  2. Choisir un lieu adapté : Optez pour un endroit calme et neutre, à l’écart des regards et des oreilles indiscrètes. Une salle de réunion ou un bureau fermé peuvent être de bonnes options pour garantir une certaine confidentialité et favoriser un échange serein.

3. Adopter une communication assertive et constructive

La manière dont vous exprimez votre mal-être est déterminante pour obtenir l’écoute et la compréhension de votre supérieur. Il est important de privilégier une communication assertive, c’est-à-dire une communication qui respecte à la fois vos besoins et ceux de votre interlocuteur. Voici quelques conseils pour adopter une communication assertive et constructive :

  • Utilisez des « je » : Exprimez votre ressenti en utilisant des phrases à la première personne, comme « Je me sens… », « Je ressens… », « Je pense que… ». Cela permet de mettre l’accent sur votre vécu personnel et d’éviter de mettre votre supérieur sur la défensive.
  • Restez factuel : Décrivez les situations et les comportements qui vous posent problème de manière précise et objective, sans jugement ni interprétation. Par exemple : « Lors de la réunion de lundi, j’ai remarqué que mes propositions n’ont pas été prises en compte » plutôt que « Personne ne m’écoute dans cette entreprise ».
  • Formulez des demandes claires : Exprimez clairement ce que vous attendez de votre supérieur et quelles solutions vous pensez pouvoir mettre en place pour améliorer la situation. Par exemple : « Je souhaiterais bénéficier d’une formation pour développer mes compétences dans ce domaine » ou « Je pense qu’un aménagement de mes horaires me permettrait de mieux concilier ma vie professionnelle et ma vie personnelle ».
  • Adoptez une attitude ouverte et positive : Montrez-vous à l’écoute des réactions et des suggestions de votre supérieur et adoptez une attitude collaborative pour trouver ensemble des solutions. Évitez les reproches, la victimisation ou l’agressivité, qui ne feraient qu’entraver la communication.

4. Préparer la suite et envisager les conséquences possibles

Une fois la conversation entamée, il est important de réfléchir aux suites à donner et aux éventuelles conséquences de cette discussion sur votre situation professionnelle.

Fixer des objectifs et des échéances : Pour favoriser le suivi des actions envisagées, il peut être utile de déterminer ensemble des objectifs précis à atteindre et des échéances pour les mettre en place. Par exemple : « D’ici trois mois, je souhaite avoir suivi cette formation » ou « À partir de la semaine prochaine, je souhaiterais travailler à temps partiel les mercredis ».

Anticiper les réactions de votre supérieur : Selon la nature des problèmes évoqués et la personnalité de votre supérieur, il est possible que la discussion suscite des réactions variées : compréhension, soutien, indifférence, voire hostilité. Il est important de se préparer mentalement à ces différentes réactions et de réfléchir à la manière de les gérer au mieux.

Être prêt à faire des concessions : Il est possible que votre supérieur ne puisse pas répondre favorablement à toutes vos demandes ou que certaines solutions requièrent des compromis de votre part. Soyez ouvert à la discussion et prêt à faire des concessions si cela peut contribuer à améliorer votre bien-être au travail.

Envisager d’éventuelles alternatives : Si malgré vos efforts, la situation ne s’améliore pas ou que votre supérieur se montre réticent à prendre en compte vos préoccupations, il peut être nécessaire de réfléchir à d’autres alternatives, comme demander un changement de poste, un transfert dans un autre service ou même envisager une reconversion professionnelle.

Exprimer son mal-être au travail à son supérieur hiérarchique est une démarche délicate, mais nécessaire pour préserver sa santé mentale et améliorer sa qualité de vie professionnelle. En adoptant une communication assertive et constructive, en choisissant le bon moment et le lieu pour aborder la conversation, et en étant prêt à envisager les conséquences possibles, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour que cette discussion se déroule dans les meilleures conditions et aboutisse à des solutions concrètes et bénéfiques pour vous comme pour l’entreprise.

N’oubliez pas que votre bien-être au travail est essentiel pour votre épanouissement personnel et votre performance professionnelle. Il est donc dans l’intérêt de tous de prendre en compte vos préoccupations et de trouver des solutions adaptées.

4.1/5 - (5 votes)