Retourner la terre : une pratique ancestrale à reconsidérer pour préserver notre sol

Afficher Masquer le sommaire

Le travail du sol, et plus particulièrement le retournement de la terre, est une pratique qui remonte à des millénaires, et qui a été un pilier de l’agriculture traditionnelle.

Cependant, de plus en plus d’agriculteurs et de chercheurs se posent la question de la pertinence et des conséquences de cette technique sur la qualité et la fertilité de nos sols.

Nous allons vous dévoiler en détail les avantages et les inconvénients du retournement de la terre, afin de mieux comprendre les enjeux et les alternatives possibles à cette pratique.

Le retournement de la terre : pourquoi et comment ?

Le retournement de la terre consiste à travailler le sol en profondeur, en le soulevant et en le retournant, afin de l’aérer, le décompacter et enfouir les résidus de culture et les mauvaises herbes. Cette opération est généralement réalisée à l’aide d’un outil appelé charrue, qui est soit tiré par des animaux (bœufs, chevaux), soit par un tracteur. Le retournement de la terre permet de préparer le sol pour les prochaines cultures, en le rendant plus meuble et en facilitant l’implantation des semis.

Les avantages du retournement de la terre

Le retournement de la terre présente plusieurs avantages pour les agriculteurs et pour les cultures. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • L’amélioration de la structure du sol : le retournement de la terre permet de briser les mottes et d’aérer le sol, ce qui facilite la pénétration des racines et favorise le développement des plantes. De plus, le sol ainsi travaillé retient mieux l’eau et les éléments nutritifs dont les plantes ont besoin pour se développer.
  • La lutte contre les parasites et les mauvaises herbes : en enfouissant les résidus de culture et les mauvaises herbes, le retournement de la terre contribue à réduire la présence de ces éléments indésirables qui peuvent entraver la croissance des cultures.
  • La stimulation de la vie biologique du sol : le travail du sol favorise l’activité des micro-organismes et des invertébrés qui participent à la décomposition de la matière organique et à la formation d’humus, ce qui est bénéfique pour la fertilité du sol à long terme.

Les inconvénients du retournement de la terre

Cependant, le retournement de la terre présente des inconvénients, qui peuvent avoir des conséquences néfastes sur la qualité du sol et sur l’environnement. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • La perturbation de la vie biologique du sol : si le travail du sol peut stimuler l’activité biologique à court terme, il peut aussi perturber les communautés de micro-organismes et d’invertébrés qui vivent dans le sol, notamment en détruisant leurs habitats et en modifiant les conditions physico-chimiques de leur environnement.
  • L’érosion et la dégradation du sol : en retournant la terre, les agriculteurs exposent la surface du sol à l’action des agents érosifs (pluie, vent), ce qui peut entraîner la perte de la couche arable et la diminution de la fertilité du sol à long terme.
  • La libération de gaz à effet de serre : le travail du sol favorise la décomposition de la matière organique et la libération de dioxyde de carbone (CO2) et de protoxyde d’azote (N2O), deux gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.
  • La consommation d’énergie et la compaction du sol : le retournement de la terre à l’aide de tracteurs consomme une quantité importante d’énergie fossile et peut entraîner la compaction du sol, notamment en raison du passage répété des machines.

Les alternatives au retournement de la terre

Face aux inconvénients du retournement de la terre, de nombreux agriculteurs et chercheurs se tournent vers des alternatives qui permettent de préserver la qualité et la fertilité du sol, tout en maintenant des rendements agricoles satisfaisants. Parmi ces alternatives, on peut citer :

  • Le travail du sol simplifié : cette technique consiste à réduire l’intensité et la profondeur du travail du sol, en utilisant des outils moins agressifs pour le sol (déchaumeurs, cultivateurs) et en limitant le nombre de passages de tracteur. Le travail du sol simplifié permet de préserver la structure du sol, de limiter l’érosion et de réduire la consommation d’énergie.
  • L’agriculture de conservation : cette approche vise à minimiser l’impact des pratiques agricoles sur le sol et l’environnement, en combinant plusieurs principes clés, tels que le non-travail du sol, la couverture permanente du sol (avec des résidus de culture ou des cultures de couverture) et la diversification des rotations de cultures. L’agriculture de conservation permet de préserver la vie biologique du sol, d’augmenter la capacité de stockage du carbone dans le sol et de limiter l’érosion et la dégradation du sol.
  • La permaculture : cette approche globale vise à concevoir et gérer des écosystèmes agricoles durables et résilients, en s’inspirant des principes de l’écologie naturelle et en valorisant la diversité des espèces végétales et animales. La permaculture encourage la mise en place de systèmes agroforestiers, de cultures associées et de techniques de régénération du sol, telles que le compostage, le paillage et la rotation des cultures.
  • Le semis direct sous couvert : cette technique innovante consiste à semer les graines directement dans un sol non travaillé, recouvert de résidus de culture ou de plantes de couverture. Le semis direct sous couvert permet de préserver la structure et la vie biologique du sol, de réduire l’érosion et la consommation d’énergie et de favoriser la séquestration du carbone dans le sol.

Les défis et les opportunités de la transition vers des alternatives durables

Le passage du retournement de la terre aux alternatives durables présente des défis et des opportunités pour les agriculteurs, les chercheurs et les décideurs politiques. Parmi les principaux défis, on peut citer :

  • La nécessité de modifier les pratiques agricoles et les systèmes de production : adopter des alternatives au retournement de la terre implique souvent un changement radical dans la gestion des cultures et des sols, ce qui peut être difficile à mettre en œuvre pour les agriculteurs habitués aux méthodes traditionnelles.
  • Le manque de connaissances et de compétences : les alternatives durables nécessitent une meilleure compréhension des processus biologiques, physiques et chimiques du sol, ainsi que des compétences spécifiques en matière de gestion des cultures et des machines agricoles.
  • Les risques économiques et financiers : la transition vers des alternatives durables peut entraîner des coûts supplémentaires (investissement dans de nouveaux équipements, formation, etc.) et des incertitudes quant aux rendements et aux revenus agricoles à court et moyen terme.

Cependant, la transition vers des alternatives durables offre des opportunités et des bénéfices à long terme pour les agriculteurs, l’environnement et la société :

  • La préservation et l’amélioration de la qualité et de la fertilité du sol : en adoptant des pratiques agricoles respectueuses du sol, les agriculteurs peuvent contribuer à prévenir la dégradation du sol et à promouvoir la régénération des sols dégradés.
  • La réduction de l’impact environnemental de l’agriculture : les alternatives durables permettent de réduire la consommation d’énergie fossile, les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l’eau et de l’air, tout en favorisant la biodiversité et les services écosystémiques.
  • La résilience aux changements climatiques et aux crises économiques : les systèmes agricoles durables et diversifiés sont généralement plus résilients face aux aléas climatiques et aux fluctuations des prix des produits agricoles, ce qui peut contribuer à la sécurité alimentaire et au développement rural.
  • La valorisation des savoir-faire et des innovations locales : la transition vers des alternatives durables peut stimuler la créativité, la coopération et le partage d’expériences entre les agriculteurs, les chercheurs et les acteurs du développement agricole.

Le retournement de la terre, bien que largement répandu et ayant des avantages pour les cultures, présente des inconvénients importants pour la qualité et la fertilité du sol, ainsi que pour l’environnement. Les alternatives au retournement de la terre, telles que le travail du sol simplifié, l’agriculture de conservation, la permaculture et le semis direct sous couvert, offrent des solutions durables et prometteuses pour préserver nos sols et assurer la pérennité de notre agriculture.

La transition vers ces alternatives nécessite certes des efforts et des investissements de la part des agriculteurs, des chercheurs et des décideurs politiques, mais elle constitue un enjeu majeur pour la préservation de notre patrimoine naturel et pour la sécurité alimentaire des générations futures.

4.8/5 - (4 votes)