Brexit : Un ticket de sortie à 40 milliards d’euros

0

Pour la première fois depuis que le Brexit à vu le jour, une somme a été donnée concernant le coût de la sortie du Royaume Unis. D’après le journal britannique le Sunday Telegraph, ce coût serait toujours insuffisant pour les attentes coté Européen, il serait alors soumis à certaines conditions.

Le Royaume-Uni irait jusqu’à payer plus de 40 milliards d’euros son ticket de sortie de l’Europe, a publié récemment le Sunday Telegraph.
C’est l’une des premières fois depuis que le Brexit existe, que le coût a été chiffré sur le sol britannique. Cependant, ce coût semble être toujours inférieur au coût estimé à Bruxelles qui est estimé entre 60 à 100 milliards d’euros. Une source du gouvernement britannique a annoncé : « Nous savons que la position (de l’UE) est 60 milliards d’euros mais en réalité, leur minimum est 50 milliards. Notre position avoisine les 30 milliards, toutefois la zone d’atterrissage est 40 milliards d’euros, même si le public et les politiciens n’en sont pas tous encore là ».

Quelques conditions

Le gouvernement aurait aussi posé des conditions qui risquent fortement de déplaire au Royaume-Uni : «Le Royaume-Uni consentira à payer la somme si l’UE accepte de négocier le règlement financier dans le cadre d’un accord (plus large, NDLR) sur le futur des relations, incluant un accord commercial». Autrement dit, cela signifie que le Royaume-Uni serait dans l’obligation de verser 10 milliards d’euros par an sur une période de trois ans dés la sortie de l’UE ainsi qu’un accord commercial. Ce dernier risque d’être très sensible et très complexe à mettre en place, notamment dû à des tensions.

Dans cette facture, que les Britanniques sont dans l’obligation de régler, sont compris les engagements du continent concernant le budget de l’UE. Cela fait encore partie de trois grands débats entre Londres et Bruxelles, qui doivent alors s’accorder pour pouvoir solder ce « divorce ». Quant aux deux autres débats, ils concernent les droits des citoyens européens vivants au Royaume-Uni et de la frontière qui sépare l’Irlande.

mm

Professeur d'économie en université, je rédige de temps en temps pour Lecitoyen.fr dans les domaines de l'économie et l'actualité française.

Commentaires fermés